Nos Nouveautés

Dire et (contre) faire

Dire et (contre) faire

Estimé des poètes les plus exigeants de son temps (d’Elskamp à Artaud en passant par Valéry), ami des Imagistes anglo-saxons pendant son exil londonien, l’écrivain-illustrateur-peintre-sculpteur Jean de Boschère (Uccle, 1878 – La Châtre, 1953) est demeuré dans l’ombre d’une histoire littéraire hostile aux figures inclassables. Et pourtant. Entre symbolisme et avant-garde, il est un véritable chaînon manquant de l’histoire du livre illustré des années vingt.

Bouleversé par le suicide de sa sœur aînée, défigurée par un bec-de-lièvre – un drame romancé dans l’inoubliable Marthe et l’Enragé (1927) –, Jean de Boschère s’est fait créateur d’art pour opposer aux crispations identitaires la beauté subversive des formes inédites. Il s’est rendu insaisissable par un jeu de masques provocateur, par la démultiplication de ses talents et, surtout, par un dialogue texte/image tout-à-fait insolite.

Dire et contrefaire. L’architecture équivoque des livres auto-illustrés de Jean de Boschère comme sa hantise des figures hybrides, elliptiques, déploient une poétique de la polysémie, du paradoxe et de l’écart, sans équivalent. Le livre la décrypte minutieusement.

Sommet de cette machination, les collages secrets réalisés pour les poèmes de Job le Pauvre (1922) désignent, au cœur même de l’interstice sémiologique, le lieu privilégié pour penser l’ébranlement entropique de son époque. Et de la nôtre.


L'Euro

L'Euro

L’euro : une utopie trahie ?

L’euro n’est pas une monnaie spontanée mais l’aboutissement d’un rapport de forces nationales découlant de la réunification allemande. Si les premières années de cette monnaie, introduite en 1999, furent baignées dans un contexte économique favorable, la crise bancaire de 2008 et la banqueroute grecque en dévoilèrent les failles.

 

L’euro n'est plus porté par un élan politique commun parce que la différence de croissance entre les pays européens s'accroît et que la prospérité n'est plus partagée.

 

L’euro n’a pas apporté suffisamment d’intégration politique et de croissance. Cette monnaie pourrait susciter son propre sabordage si sa gestion n'est pas repensée dans le sens d’une plus grande solidarité financière et d’une compréhension socio-politique accrue des différents États-membres.

 

Plus que jamais, la perpétuation de l'euro repose sur le fragile équilibre de l'axe franco-allemand. Sans sursaut moral et une action politique décisive, un fait politique pourrait conduire à une  sécession monétaire ou, pire, déclarer un véritable schisme qui mettrait fin à une des plus stupéfiantes expériences de l’histoire des monnaies.

 

Ce livre, dont le Président Van Rompuy, a commis la contre-préface, transporte un avertissement et un espoir.


Bruxelles 22 mars 2016

Bruxelles 22 mars 2016

Partie 1 – Journal de deux victimes :
Le 22 mars 2016, Tanguy et Sandrine étaient au mauvais endroit au mauvais moment.
 Le premier, dès 7 heures 30, à l’aéroport
de Bruxelles-National ; la seconde, dans le métro qui roulait vers la station Maelbeek aux alentours de 9 heures. Tous deux blessés dans les attentats qui, à Bruxelles, ont tué 32 personnes et en ont atteint des centaines d’autres, ils ont tout mis en œuvre pour se reconstruire. Après avoir guéri de leurs blessures visibles, ils se sont attaqués aux autres, si difficiles à panser. Depuis lors, leur parcours, sur les plans médical, administratif, judiciaire, professionnel, familial et social, est semé, sinon d’embûches, au moins de questions. À travers leurs histoires croisées, racontées durant un an dans ce touchant journal de bord, le lecteur prend toute la mesure.

Partie 2 – Vivre après les attentats :
Qu’avons-nous appris de ces tragédies ? Plus de méfiance, de rejet et de mesures de sécurité
ou plus de conscience, de responsabilité et de mesures de solidarité ? Avons-nous accepté la remise en question courageuse – tant personnelle que collective – des systèmes de pensée qui créent une société capable de générer un tel torrent de haine ? La connaissance de soi est un enjeu de santé publique, si ce n’est pas de sécurité publique. On ne parle plus de développement « personnel » mais de développement social durable. Nous n’éviterons pas les conflits, ni la colère et la peur qui les génèrent. Il s’agit aujourd’hui de faire les apprentissages nécessaires pour vivre et transformer ces situations en rencontres si pas fécondes du moins respectueuses. Car la paix, ça s’apprend !

 

Ebook :
Version numérique: 10,99 €
- ISBN eBook : 9782507055264

Apple Button Kobo Button


Instant Trail

Instant Trail

Dans ce bel hommage photographique rendu au trail, Geoffrey Meuli a choisi de se glisser dans les pas de coureurs, anonymes ou célèbres, pour figer les instants qui jalonnent leurs évasions. Des images qui respirent et transpirent, tantôt rugueuses, tantôt délicates, et qui témoignent de la richesse des émotions saisies.

Les mots de David Bertrand, journaliste tout terrain, l’accompagnent d’une foulée complice dans cette aventure. Une invitation poétique à vivre ou à revivre l’« instant trail ».


Et hop !

Et hop !

Papa – Léon, pour t’endormir, tu n’as qu’à compter les moutons qui sautent la barrière.

Léon – Mais… Comment ils font alors, les moutons, pour s’endormir ?

Papa – Euh...

Léon – Et les bergers? Les loups ? Les chaperons rouges? et hop ! ...

Et hop ! Une drôle d’histoire sautillante à ne pas dormir debout !

 

Carte blanche :
Le label Carte blanche offre aux auteurs un espace d’écriture et de création hors des sentiers qu’ils ont l’habitude de fréquenter.